Posts Tagged ‘marseille’

Open Data, révolution ou effet de mode ?

Sunday, August 12th, 2012

Le principe de l’Open Data n’a rien de révolutionnaire. Quoi de plus naturel de mettre à disposition des citoyens/usagers/clients les données intéressantes ? C’est donc un simple retour à la raison… même si c’est étonnant pour notre société qui marche sur la tête dans bien des domaines. En quelques années, l’Open Data est devenu un effet de mode : je suis à la fois enthousiaste de voir les valeurs de transparence véhiculées par les Logiciels Libres s’étendre à d’autres domaines ; et à la fois suspicieux d’entendre des discours politiques prématurés, de voir des requins espérant décrocher des budgets grâce à ce buzzword, de constater la publication de données sans queue ni tête, de déplorer tant d’aberrations techniques, etc. Le scénario catastrophe étant que les hommes politiques s’achètent une crédibilité en allouant des budgets à des consultants externes payés à produire des documents Excel sans intérêt.

Pour éviter ce scénario, je partage quelques points qui me trottent dans la tête :

Quelles données Open Data ont déjà été publiées ?

Il existe bien sûr des annuaires qui tentent de recenser toutes ces données. S’intéresser aux données déjà publiées permet de copier les bonnes idées ! Voici une petite liste (non exhaustive) :

– Données émises par des États : USA (data.gov), Grande-Bretagne (data.gov.uk), France (data.gouv.fr) etc.
– Données locales : Londres, Trafford, Rennes, Toulouse, Paris, Montpellier, Loire Atlantique, Gironde et Aquitaine, PACA, etc.
– Données de transport : transports publics à NYC, géolocalisation des navires, géolocalisation des avions, SNCF, RATP
– Données géographiques : OpenStreetMap, base astronomique, observations météo des 7 derniers jours
– Données culturelles : Bibliothèque Nationale avec data.bnf.fr et Gallica, MP2013, Musicbrainz
– Données scientifiques : données biologiques, openedition

À compléter sur http://pad.evolix.org/p/opendata

Quelles données voulons-nous en Open Data ?

Alors que certaines institutions sont prêtes à jouer le jeu, la question essentielle est de savoir quelles données nous voulons avoir ! En effet, ce sont aux citoyens/usagers/clients de réclamer certaines données (avant d’en créer eux-mêmes dans certains cas). Et cette question n’est pas si simple…

Vous avez des idées d’analyse de données ? d’applications ? de création de start-ups ? Alors réclamez les données nécessaires !

Voici quelques idées :

– Les horaires (commerces, établissements/services publics, musées/jardins/parcs, etc.)
– File d’attente (temps réel et stats) des préfectures, mairies, SS, CAF, médecins/hôpitaux
– Remplissage en temps réel des parkings publics et privés
– Données (temps réel et stats) des autoroutes et de points de passage
– Données (temps réel et stats) des vélos libres, hors-service et bornes libres
– Données de remplissage (temps réel et stats) des transports en communs
– Horaires (et retards) prévus des transports en communs
– Géolocalisation en temps réel des transports en commun
– Budgets détaillés de toutes les structures publiques… ou subventionnées
– Résultats de chaque élection
– Données et statistiques de l’INSEE
– Suivis et résultats de la Recherche publique… ou subventionnée
– Données météorologiques
– Données (temps réel et stats) sur la consommation locale et régionale d’électricité, d’eau et de gaz
– Les tarifs et stocks des produits vendus un commerce (un supermarché par exemple)
– La composition détaillée des produits vendus

À compléter sur http://pad.evolix.org/p/opendata

Les licences de l’Open Data

Étudier et choisir les licences est important mais souvent ennuyeux. Les Logiciels Libres ont une expérience de plus de 20 ans dans ce domaine, et c’est dommage que ceux qui publient de l’Open Data ne s’y intéressent pas davantage : certaines erreurs seraient évitées, notamment de ré-écrire sa propre licence, ce qui entraîne de nombreuses licences sur le “marché” et des problèmes de compatibilité, de fusion, etc. J’encourage donc à utiliser les licences les plus communes comme l’Open Database License (ODbL) (utilisée par OSM) ou la Public Domain and License (PDDL); en France, la Licence Ouverte a été publiée par l’État spécialement pour l’Open Data et me semble très intéressante en terme de liberté et compatibilité, et les projets français devraient a priori l’adopter.

Comment publier techniquement des données Open Data ?

Les données ne présentent que peu d’intérêt si elles ne sont pas publiées sous un format standard et ouvert. Autant dire qu’un document PDF ou Excel à télécharger n’est pas vraiment de l’Open Data… et c’est pourtant ce que l’on trouve majoritairement sur data.gouv.fr ! Il faut bien avoir en tête que les données ne sont pas destinées à être lues directement par des humains. On privilégiera donc des formats comme du CSV, XML ou JSON, facilement utilisables par des applications. Pour certains domaines, des nouveaux formats doivent être crées (exemple avec les données de transport) et l’on veillera donc bien à utiliser le bon format.

L’autre point important d’une publication de données (et surtout pour les données en temps réel) est son accessibilité par des URLs simples et logiques. Par exemple, en s’inspirant du style REST, un tarif d’un produit à une date donnée sera accessible via une requête HTTP GET sur une URL du type http://data.example.com/products/product1/tarif/20100701/EUR

L’éminent Tim Berners-Lee a défini la qualité des données publiées par un système d’étoiles ainsi :

★ make your stuff available on the web (whatever format)
★★ make it available as structured data (e.g. excel instead of image scan of a table)
★★★ non-proprietary format (e.g. csv instead of excel)
★★★★ use URLs to identify things, so that people can point at your stuff
★★★★★ link your data to other people’s data to provide context

Comment aider le mouvement Open Data ?

On répond souvent qu’il faut contribuer à OpenStreeMap et promouvoir l’Open Data. C’est vrai, mais je vous encourage aussi à réclamer les données qui vous paraissent intéressantes auprès des institutions/entreprises ! Et à concevoir des procédés astucieux (comme utiliser des récepteurs AIS) pour générer de nouvelles données.

Si vous avez de bonnes idées, notez les ici ! On pourrait notamment profiter du mouvement d’ouverture de données en région PACA pour obtenir ces données ou un appui. Et si des idées intéressantes émergent, avec des personnes motivées, on pourrait participer au Hackathon organisé à Marseille fin septembre 2012.

Être jeune et entrepreneur : un pari si osé ?

Monday, December 6th, 2010

Le Startup Week-end MArseille (#SWMA), où j’ai eu l’honneur de faire partie du jury, m’a forcément rappelé la création d’Evolix il y a bientôt 8 ans. Et notamment le fait d’être jeune et entrepreneur.

On entend souvent qu’il est indispensable d’avoir de la bouteille pour se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise. Je pense qu’au contraire, il y a certains avantages à entreprendre en étant jeune :

Vous avez le droit de vous rater
Votre carrière professionnelle n’est pas en jeu. Au pire si vous vous ratez, on dira que vous étiez trop jeune. Pas comme un salarié de 45 ans quittant sa boîte pour créer une startup en tant qu’expert dans son domaine : lui, il a pas le droit de se rater. Mais vous, vous êtes jeune, vous pourrez toujours rebondir. Et cela doit vous enlever beaucoup de pression.

Vous n’avez pas ou peu d’expérience
Ne pas avoir d’expérience, dans un certain sens, c’est un avantage ! Grâce à cela, vous lancez sans le savoir des projets impossibles. Impossible pour une personne expérimentée. Donc forcément originaux. Et c’est un bon moyen pour réussir : de nombreuses success story ont été lancées par de jeunes inconscients : ils ne savaient que c’était impossible, alors ils l’ont fait

Le sujet de votre projet est vraiment libre
Plus vous vieillissez, moins vous pourrez changer de vocation. Alors profitez d’être jeune pour tracer votre voie dans un sujet qui vous passionne.
Vous n’avez pas (encore) de clients, peu de background : profitez de cela pour vous lancer dans un projet qui vous plaît ! Et attention au piège de sacrifier votre passion sous pretexte de gagner rapidement de l’argent : vous avez l’occasion de faire partie des rares personnes qui aiment leur boulot… vous ne l’aurez qu’une fois !

Pour conclure, cette petite réflexion est en forme de contre-pied à certaines idées reçues… mais je ne dis pas non plus qu’il est facile d’entreprendre en étant jeune. Ni qu’il est facile d’entreprendre d’ailleurs. Dans tous les cas, il faut savoir s’entourer, se tromper, déléguer, se remettre en question, faire des semaines de 35h (de sommeil), etc. Enjoy.

Soirée d’avril au PLUG (Provence Linux User Group)

Wednesday, April 8th, 2009

Une fois n’est pas coutume, voici un petit compte-rendu de la dernière soirée au PLUG, le “Linux User Group” de Marseille. Les soirées se déroulent une fois par mois (souvent le 1er vendredi du mois) à partir de 19h à LaBoate, un endroit très sympatique proche du Vieux Port.

Arrivé un peu en retard, j’ai raté les premières dicussions (anisées), et je suis arrivé pour les traditionnelles pizzas. À cette occasion, certains nous ont rapporté le déroulement de la conférence de Richard Stallman l’après-midi même à Marseille. Ce dernier nous a d’ailleurs proposé de renommer notre LUG (Linux User Group) en GLUG (GNU Linux User Group), condition nécessaire à sa venue à l’une de nos réunions (!). Cette proposition n’a pas fait l’unanimité pour diverses raisons et a finalement été rejetée par les membres présents. D’autres discussions ont suivi, comme l’exploration de Marseille via  Google Maps/StreetView et OpenStreetMap, ou encore la démonstration d’un téléphone portable HTC-Dream tournant sous le fameux système d’exploitation Android.
Ensuite s’est déroulé la première édition des “Lightning Talks du PLUG”, à savoir des petites présentations de quelques minutes sur des sujets/actualités ouvertes à tout volontaire. Françoise Roure nous a tout d’abord parlé d’une Install Party pour les non-voyants en septembre à Marseille. Outre l’appel à la participation, une discussion s’est engagée sur les différents outils libres, notamment Orca ou eSpeak. Ensuite, c’est Jérémy Lecour qui a parlé de l’internationalisation (i18n) de logiciel, et nous a fait de son expérience récente avec l’internationalisation d’un projet en Ruby on Rails. Un petit débat s’est ouvert sur la terminologie d’internationalisation et de localisation, tandis que d’autres ont découvert les jeux de mot avec I18N et l10N.
Après ces petites présentations, j’ai pu mener une présentation générale sur les gestionnaires de paquets dans les distributions GNU/Linux. J’ai repris les bases, à savoir définir un paquet (code source, binaire, compilation, etc.) et l’intérêt d’un gestionnaire de paquets (installation, dépendance, suppression, mise-à-jour, etc.). Pas mal de questions ont été posées, et l’on aura sûrement l’occasion de faire des présentations sur des gestionnaires de paquets précis (APT, YUM, emerge, ports BSD, etc.) les prochains mois.
La soirée a duré fort tard (jusqu’à 3h pour les plus courageux), et un grand sujet s’est improvisé sur le microblogging. Présentation du principe, des sites en vogue (Twitter, identi.ca), débats sur l’intérêt (Microblog vs IRC !), l’infrastructure d’hébergement nécessaire, et les extensions comme l’amusant twistori. D’autres discussions se sont improvisées, par exemple sur la gestion des tâches via la messagerie et plusieurs personnes ont montré leur fonctionnement (principe du Zero Inbox, exemple avec GMAIL, flags avec Mutt, etc.).

Bref, une soirée riche en discussions comme chaque mois. Le mois prochain (vendredi 1er mai), on abordera en outre le sujet des gestionnaires de code sources (CVS, SVN, Git, etc.). Venez nombreux !

Tropic0°C

Wednesday, January 7th, 2009

Un joli manteau neigeux a recouvert Marseille, pour le bonheur des enfants, un peu moins pour les automobilistes. Ci-dessous, le Jarret (une des artères principales de Marseille) bloqué par le neige :

Ou encore le Pôle Média Belle de Mai, où se trouvent les bureaux d’Evolix :

Edit : toutes mes excuses aux lecteurs de Planet-Libre et Planet-Debian-Fr/Planet-Debian-Fr-Users, j’ai mis ce post dans une mauvaise catégorie ! Le ciel m’est vraiment tombé sur la tête ce mercredi…

Conférence sur la sécurité et l’Open Source

Saturday, November 8th, 2008

À l’occasion du salon Synergie NTIC à Marseille, je suis intervenu environ 20 minutes dans une conférence à propos de la sécurité et l’Open Source. En résumé, j’ai parlé de la façon dont on doit se préoccuper de la sécurité quand on travaille avec des distributions ou logiciels Open Source. Notamment, j’ai parlé :

  • Du célèbre principe de Full Disclosure et de ses limites pratiques (période d’embargo),
  • Des moyens de faire une veille sécurité à propos de logiciels Open Source (listes de diffusion à suivre, etc.),
  • De la façon dont les distributions et logiciels Open Source s’organisent face aux problème de sécurité, en prenant l’exemple de Debian,
  • Du choix entre l’installation par paquets ou ports et l’installation via des sources vanilla,
  • D’exemples concrets de problèmes de sécurité récents : la faille concernant vmsplice dans le noyau Linux et du générateur de nombre aléatoire prévisible dans le paquet Debian openssl.

Vous pouvez télécharger les slides utilisés pour cette présentation (soyez indulgent, je les ai fait rapidement).