Archive for the ‘misc’ Category

Stage de 3ème, et si on changeait la donne ?

Friday, October 27th, 2017

En 2014, mon premier minot est passé en 3ème. J’ai alors réalisé combien il est difficile de décrocher un stage sans bénéficier d’un piston. Le collège pousse les adolescents de 14/15 ans à s’intéresser au monde du travail, et voir comment les entreprises traitent les collégiens est désespérant. Ces jeunes sont pourtant les travailleurs de demain, et leur donner une mauvaise image du monde du travail est terrible pour la Société ! J’ai donc décidé de prendre au moins un stagiaire de 3ème par an à Evolix, et je me suis rendu compte qu’au-delà du bénéfice sur le long terme, cela avait aussi un aspect positif à court terme ! Je vais essayer de vous convaincre.

Le stage de 3ème, c’est important. Les choix d’orientation se posent dès le début du lycée, et le premier contact avec l’entreprise et le monde du travail est déterminant. À un âge où le collégien ne sait pas quoi faire comme métier, il va maladroitement taper aux portes des entreprises : ne pas lui répondre ou lui claquer la porte au nez va limiter ses perspectives ! Au final, la majorité des collégiens ne trouve un stage que grâce à leur entourage familial : stage avec un parent, stage trouvé grâce à du piston…

Les entreprises doivent jouer le jeu. Il faut donner une bonne image du monde du travail aux futurs travailleurs… qui seront peut-être salariés de l’entreprise dans quelques années ! L’effort n’est pas très élevé : proposer d’accueillir au moins un élève pendant 4 ou 5 jours en décembre. Avec de plus en plus d’offres de stage publiques, on peut établir un cercle vertueux. Et à court terme, ce n’est même pas une perte de temps : un stage d’observation permet à plusieurs salariés de prendre du recul sur leur travail pendant quelques heures, tout le monde est gagnant !

Il faut diffuser les offres de stage. La première étape est de mentionner les offres sur son site web, l’utilisation d’un moteur de recherche étant le moyen le plus répandu pour trouver son stage. Ensuite, on peut contacter les collèges les plus proches pour qu’ils transmettent les offres aux élèves. Enfin il existe des plateformes pour émettre plus largement comme ViensVoirMonTaf à Paris, ou StagePourTous et DegunSansStage à Marseille. Je vous encourage notamment à utiliser l’initiative que j’ai lancé il y a 2 ans : StagePourTous, le principe étant de s’engager à choisir les stagiaires sans discrimination, par exemple par un tirage au sort.

Comment organiser un stage de 3ème dans une petite entreprise ? Une fois convaincu de l’intérêt du stage de 3ème, se pose la question de son organisation. En général le stage doit durer 30h, donc on limite à 4 jours. Chaque jour se passe avec une personne différente : le matin, obervation du travail et 15 minutes d’entretien ; l’après-midi, description de la journée sur un blog WordPress privé (très facile à créer). Si besoin, quelques tâches supplémentaires possibles : faire une revue de presse de l’entreprise en faisant des recherches sur Internet, s’exercer sur Code.org ou CodeCombat. Bref, pour toute entreprise d’au moins 4 salariés, l’organisation d’un stage de 3ème est vraiment simple, alors plus d’excuse, lancez-vous !

Érablière et cabane à sucre

Tuesday, March 15th, 2016

À l’occasion d’un petit périple dans les Laurentides, j’ai découvert les secrets de fabrication du sirop d’érable, je vous fais partager.

foret

Le sirop d’érable est recueilli uniquement pendant deux mois (le « temps des sucres ») chaque année à la fin de l’hiver. C’est grâce à un climat spécifique au nord de l’Amérique que se produit un phénomène naturel : les érables hibernent l’hiver puis vers mars/avril, pendant une période où l’arbre dégèle en journée (t° positive) puis gèle la nuit (t° négative), de l’eau se met à circuler dans l’érable à proximité de l’écorce. La récolte de cette eau d’érable se faisait par les amérindiens puis les colons européens ont adopté cette pratique. Le principe est de pratiquer une entaille pour faire couler l’eau contenant 1 à 2% de sucre dans un récipient, qu’il faudra faire bouillir pour obtenir le fameux sirop (30 à 40L d’eau d’érable donne 1L de sirop). Au 19ème siècle, la technique de récolte s’améliore et l’on place désormais un seau sous une petite lame concave située à la base de l’entaille (un « chalumeau »). Voici un chalumeau et une chaudière (seau en aluminum) :

chaudiere

La récolte était donc un travail gigantesque : cela consiste à vider les milliers de seaux dans un grand chaudron une à plusieurs fois par jour. Il fallait ensuite faire bouillir le chaudron dans une cabane au centre de la forêt : la « cabane à sucre ». Cela nécessitait de la main d’œuvre et traditionnellement des familles se rassemblaient pendant le temps des sucres pour récolter l’eau d’érable et manger de copieux repas. Dans les années 1970, la récolte s’est industrialisée : au mois de février, les milliers d’entailles sont réalisées à la perceuse et au marteau par des acériculteurs en raquette.

Les entailles sont reliées avec des tuyaux bleus sous pression qui forment une immense installation (« tubulure ») au travers de la forêt d’érables à sucre.

tubulure

Tous ces tuyaux aboutissent à une station de pompage située au point le plus bas de la forêt.

station_pompage

L’eau d’érable est filtrée puis renvoyée vers la cabane à sucre au centre de la forêt. On y trouve l’évaporateur chauffé au bois pendant des heures chaque jour pour faire bouillir l’eau d’érable qui arrive en continu, et le matériel pour mettre le sirop d’érable final en boîte de conserve (c’est le format le plus classique).

evaporateur

Il est intéressant de noter qu’au début du temps des sucres, on obtient du sirop d’érable clair, puis il s’assombrit petit à petit, pour devenir ambré et enfin foncé. Officiellement il y a 5 catégories : extra-clair, clair, moyen, ambré et foncé). Quand le sirop devient trop foncé, il devient amer : c’est le signe qu’il commence à contenir de la sève d’érable et c’est la fin du temps des sucres. Voici les différentes catégories de sirop d’érable tout au long de la saison des sucres :

categories_sirop

Aujourd’hui, il y a besoin de moins de main d’œuvre pour la récolte de l’eau d’érable, mais une tradition est restée : pendant deux mois de récolte, les cabanes à sucre se transforment en restaurants familiaux, où l’on mange copieusement un menu unique servi à volonté dans une ambiance traditionnelle. Au menu, de la gastronomie québécoise : réduit d’érable (de l’eau d’érable légèrement bouillie), crétons, soupe aux poix, fèves au lard, jambon à l’érable, oreilles de « criss », beignets, grands-pères dans le sirop, œufs dans le sirop, etc.

restaurant

Et pour digérer le repas, on termine par de la tire d’érable : cela consiste à verser sur de la neige du sirop d’érable chaud et très sucré (il est bouilli d’avantage que le sirop d’érable classique) et le déguster avec un bâton, ce qui donne une sorte de bonbon glacé à l’érable :

tire

C’est ce qu’on appelle se sucrer le bec!